Sous les ronces, la prairie

La restauration d'une prairie humide au Chambon

Depuis trois ans déjà, les élèves du lycée agricole de Montmorillon participent à la restauration d'une prairie humide de 5 hectares située en bord de Gartempe au lieu-dit le Chambon à Lathus.

Des richesses naturelles exceptionnelles

Parmi les "prairies humides à hautes herbes" recensées sur le site Natura 2000, celle du Chambon est depuis longtemps connue des naturalistes locaux pour sa richesse floristique et faunistique (Cuivré des marais et Damier de la Succise pour les papillons). A cela s'ajoute la présence d'une saulaie marécageuse qui s'est développée à la fauveur d'une dépression où sont collectées des eaux de ruissellement. Quelques chênes multicentenaires imposent leur majesté et veillent à la quiétude des lieux.

Sans entretien depuis plus de 15 ans, la végétation ligneuse a peu à peu repris ses droits et colonisé la prairie. Cet embroussaillement ayant profondémment transformé les milieux, les espèces qui en dépendent, insectes notamment, se sont raréfiées. Il devenait donc urgent d'agir !

La gestion du site

2009/2010

Pour la première étape initiée en automne 2009, débroussaillage et pose d'une clôtureont été au programme. Une vingtaine de lycéens en formation "Entretien et aménagement des espaces naturels et ruraux" et équipés de croissants, débroussailleuses et tronçonneuses se sont affairés jusqu'à la fin de l'hiver à dégager les ronciers et couper une partie des arbres.

Afin de garantir une gestion durable du site, l'entretien courant de la parcelle a été confié à deux baudets du Poitou qui ont pris possession des lieux depuis cet été.
Leur présence devrait permettre de limiter la recolonisation des ligneux.

2010/2011

Les travaux réalisés l'hiver dernier ont consisté à éliminer une partie de la saulaie et poursuivre le débroussaillage général de la parcelle. Du fait de l'extrême sensibilité du milieu (végétation fragile, sol humide), nous avons sollicité la section traction animale du centre de formation de Montmorillon pour évacuer les rémanents de coupe et procéder à l'arrachage des souches.

 

 

 

Découvrez l'exportation par traction animale
en vidéo

 

Les premiers résultats...

 

2011/2012

Pour le 3ème hiver consécutif, les travaux se poursuivent.
Au programme: poursuivre la coupe de la saulaie en périphérie ou à l'intérieur ainsi que la pose de paleplanches dans la fossé situé sous les sources du coteau.

Cette dernière action vise à restaurer le foncitionnement originel de la prairie humide.Une dizaine de sources présentes sur le coteau alimentent la prairie située en contre-bas mais la présence d'un ancien fossé venant collecter les eaux de ruissement a stoppé l'alimentation naturelle en eau de la prairie dont la flore a ainsi été modifiée.

Un système de palplanches a ainsi été mis en place afin de favoriser le débordement de l'eau hors du fossé et son écoulement en contre-bas vers la prairie.

Système de palplanches pour favoriser le débordement de l'eau de ruissellement
(Photo C. Gracieux, LPO Vienne)